Le ContrastSpa Duo

Votre configuration de bain de contraste optimale.

Le CET Contrast Spa Duo se compose d’un bain de glace froid CryoSpa Sport combiné à un ThermoSpa Sport chaud et partageant les marches centrales.

Aujourd’hui, presque tous les préparateurs physiques préfèrent soit la thérapie contraste (c.-à-d. alterner l’eau chaude et froide), soit l’immersion en l’eau froide.

De nombreux clubs de haut niveau, notamment des clubs de Premier League tels que l’AFC Bournemouth et le Crystal Palace FC, utilisent le bain de contraste dans le cadre de leur stratégie de récupération et ont opté pour l’option ContrastSpa Duo.

L’Australian Institute of Sport est également un fervent partisan du bain de contraste. Le rituel le plus courant est de 1 à 3 minutes à chaud suivi de 1 à 2 minutes à froid avec le processus répété 3 ou 4 fois. Et la plupart des utilisateurs préconiseront de finir avec le froid afin de fermer les pores avant de s’habiller.

Les bains alternés sont efficaces parce qu’ils promeuvent l’alternance rapide entre la vasodilatation et la vasoconstriction. Ça provoque une action de pompage dans la circulation périphérique, due à la température plutôt que des méthodes manuelles. La chaleur stimule la circulation, ce qui amène du sang frais, de la lymphe, d’oxygène, de l’eau, et des substances nutritives. Le froid contient la réponse inflammatoire, et dégage des fluides stagnants et des déchets.

Avantages pour les athlètes

  • Fournit une récupération efficace courte après l’exercice.
  • Réduit l’enflure musculaire et les spasmes musculaires.
  • Apaise les microtraumatismes répétés.
  • Réduit l’enflure des tissus mous et la raideur articulaire.
  • Réduit la fatigue – réduit le risque de blessure.
  • Efficace pour aider à soulager la douleur.
  • Favorise une meilleure circulation.

Avantages pour le personnel

  • Facile à entretenir, économisant sur la main-d’œuvre et les coûts.
  • Une filtration efficace dans chaque spa maintient l’eau claire.
  • Le refroidisseur à commande numérique maintient la température d’eau requise.
  • Fonctionnement silencieux.
  • Temps de traitement courts grâce à l’alternance froid / chaleur intense.

Les fonctionnalités incluent

  • Plage de température entre 1 ºC et 14 ºC [34 et 55 ºF] pour le CryoSpa.
  • Plage de température jusqu’à 40C [104F] pour le ThermoSpa.
  • Pression hydrostatique et 20 jets de massage par spa.
  • Pénétration du froid / de la chaleur pour une thérapie efficace et des temps de traitement courts.
  • Une concentration élevée en sel dans le CryoSpa facilite le contrôle des infections.
  • Une filtration de 9,3 m² par spa maintient l’eau claire.
  • CryoSpa avec refroidisseur à basse température à commande numérique de haute qualité.
  • Réchauffeur à commande numérique avec affichage sur le ThermoSpa.
  • Rail et marches de sécurité en acier inoxydable.
  • Garantie de deux ans sur le corps du spa.
 

Vous pouvez varier la thérapie selon vos besoins

  • Réfrigérez / réchauffez-vous simplement dans l’eau sans les jets de massage pour une expérience moins intense de glace / bain chaud.
  • Allumez les 20 jets de massage pour pénétrer le froid / la chaleur et la récupération optimale après l’exercice.
  • Ajustez les buses d’air pour minimiser ou maximiser l’effet de massage.
  • L’ouverture des buses d’air maximise pleinement la puissance du massage en donnant un effet thérapeutique optimal idéal pour la récupération post-exercice.

Quatre modalités de traitement

  • Asseyez-vous au sommet pour la thérapie de la cheville
  • Tenez-vous sur l’étape pour l’immersion à mi-cuisse
  • Tenez-vous dans l’extrémité profonde pour l’immersion à la profondeur de la taille
  • Asseyez-vous sur l’étape pour une immersion complète du corps

Puissance

  • 230V / 1 / 50Hz
  • 230V / 1 / 60Hz
  • 115V / 1 / 60Hz

Dimensions de chaque spa

  • c. 1,55m x 0,80m x 1,20m [L x l x h]
  • L’escalier: c. 0,55m largeur

Poids de chaque spa

  • Vide: c. 200 kg
  • Rempli: c. 750 kg

Jets

  • 20 jets de massage par spa
  • Pompe jet 1,5 kW par spa

Marchepieds & Rampes

  • Marches et rails de sécurité en acier inoxydable

Refroidisseur

  • Refroidisseur à basse température à faible bruit

En option

  • Supports en acier inoxydable pour le montage mural du refroidisseur.

Envoyez une demande

Veuillez compléter les détails suivants:
* indique requis





    Profil professionnel *:

    Je suis intéressé par le produit suivant *:

    Message:

    #Chilling4Champions

    Images du produit ContrastSpa Duo

    Questions fréquemment posées

    Question sans réponse?

    Pourquoi les footballeurs prennent-ils des bains de glace ?

    On signale souvent que les bains de glace réduisent l’acide lactique mais ce n’est pas le cas. L’acide lactique, ou lactate, se produit lorsque le corps se retrouve dans une situation de dette d’oxygène, c’est-à-dire qu’il fonctionne en anaérobie. Lorsque le niveau d’activité cesse ou diminue suffisamment, en termes simples, le corps peut acquérir un surplus d’oxygène, qui est utilisé pour reconvertir l’acide lactique à son état normal de pyruvate / acide pyruvique.

    Selon Gregory Dupont, qui a présenté lors du Sommet sur les blessures sportives parrainé par la FIFA qui s’est tenu à Wembley en 2013, le principal précurseur des blessures est la fatigue. Des recherches plus approfondies ont examiné les stratégies courantes pour faciliter la récupération, minimiser la fatigue et, par conséquent, réduire les risque de blessures.

    La conclusion était une bonne alimentation, un bon sommeil, une hydratation [tous les facteurs de style de vie] ainsi qu’une immersion dans l’eau froide étaient les principales méthodes scientifiquement prouvées pour aider à la récupération et minimiser la fatigue.

    Le revers de la médaille c’est la performance et nous constatons ici que la fatigue inhibe la performance. Donc, si nous pouvons gérer la fatigue en améliorant la forme physique et en aidant à la récupération, le résultat est une performance améliorée et un risque de blessure réduit.

    Dois-je utiliser un bain de glace après chaque séance d'entraînement ?

    Le débat sur l’utilisation des bains de glace, ou l’immersion en eau froide, fait rage avec de nombreux experts affirmant que c’est bon et d’autres affirmant que ce n’est pas le cas.

    La réponse dépend du stade d’entraînement de l’athlète et de l’objectif principal de ce bloc d’entraînement.

    Si vous êtes dans la phase pré-compétition de l’entraînement et que l’objectif principal est de développer la puissance, il y a des recherches indiquant que les bains de glace (et d’autres micro-stratégies pour minimiser les réponses d’entraînement, telles que la supplémentation en antioxydants) pendant cette phase peuvent limiter l’effet d’adaptation, c’est-à-dire que vos muscles s’adapteront plus rapidement à l’augmentation de la charge de travail si le corps est autorisé à lutter contre l’inflammation et les micro-déchirures naturellement sans l’intervention d’une immersion dans l’eau froide.

    Cependant, si vous réduisez la charge de travail vers un événement compétitif à venir ou si vous êtes dans la partie compétitive de la saison, l’objectif principal passe à la récupération et à la réduction de la fatigue plutôt que du renforcement de la puissance et dans ces circonstances, la recherche indique que l’utilisation de bains de glace sera être bénéfique.

    Le mot clé ici est la fatigue. La fatigue est le principal précurseur des blessures et est également un inhibiteur de performance majeur. Par conséquent, l’objectif de l’entraîneur de conditionnement physique est de maximiser la forme physique et de minimiser la fatigue afin de maximiser les performances et de réduire le risque de blessure.

    Et les principales stratégies de lutte contre la fatigue: bon sommeil, bonne alimentation, hydratation et immersion dans l’eau froide [par Gregory Dupont, FIFA Sports Injury Summit, Wembley Stadium, avril 2013].

    L’argument est encore plus compliqué dans les sports d’équipe où les compétences, les tactiques et les mouvements pré-planifiés doivent être encadrés sur le terrain d’entraînement. Dans ces sports, l’entraîneur voudra que les joueurs soient mentalement alertes et physiquement préparés à tirer pleinement parti de la séance d’entraînement, ne chancelant que partiellement récupéré de l’entraînement de la veille. Dans ce cas, il peut y avoir un conflit d’intérêts lorsque l’entraîneur de conditionnement physique essaie de maximiser l’adaptation tandis que l’entraîneur de l’équipe souhaite que les joueurs se rétablissent suffisamment pour profiter pleinement de la séance d’entraînement.Par conséquent, le CWI peut être utilisé stratégiquement pour s’adapter à la formation en cours plans de session de formation plutôt qu’éliminés pour répondre aux deux objectifs.

    Les bains de glace sont-ils donc bons ou mauvais ?

    La réponse dépend de la partie de la saison et de l’objectif principal du régime d’entraînement actuel. Dans la phase compétitive de la saison, l’utilisation de bains de glace aidera à minimiser la fatigue et facilitera la récupération, améliorant ainsi les performances et réduisant le risque de blessure. Au cours de la pré-saison ou de la phase de renforcement de la puissance de la formation, l’utilisation de bains de glace peut nuire à la réponse adaptative.

    Ainsi, comme avec la plupart des outils de la boîte à outils de préparation des athlètes, c’est la façon dont l’entraîneur utilise le CWI au mieux, plutôt que s’il est approprié de l’utiliser ou non !

    Quelle est la théorie derrière le bain de contraste ?

    La théorie derrière le bain de contraste est que l’eau chaude stimule la vasodilatation des vaisseaux sanguins près de la surface de la peau et lorsqu’elle est suivie d’une immersion dans l’eau froide, qui provoque une vasoconstriction, une « action de pompage » s’ensuit, ce qui augmente la circulation sanguine.

    Typiquement, le bain de contraste comprendrait plusieurs cycles, par exemple 1 ou 2 minutes dans l’eau chaude suivies d’une minute dans l’eau froide et répétées 3 fois.

    Dans un contexte sportif, la baignade de contraste est utilisée par certains clubs de sport d’élite comme alternative à l’immersion en eau froide seule.

    Il existe également des recherches qui soutiennent la théorie selon laquelle le froid est l’élément le plus critique et lorsqu’un athlète présente une lésion persistante des tissus mous avec des symptômes comprenant une combinaison de douleur, de chaleur et d’inflammation, l’application de chaleur supplémentaire serait contre-indiquée pendant la phaseaiguë de la blessure (généralement les 48 à 72 premières heures).

    Certaines études ont également soutenu la théorie selon laquelle le stress thermique influence positivement le système auto-immun.