Sport d’élite et universités

Comme tous les coachs le savent, garder les meilleurs joueurs sur le terrain et attirer en premier lieu les meilleurs éléments, les athlètes de premier ordre, c’est vital pour réussir. Donc, pour maximiser la disponibilité des joueurs, minimiser les temps de récupération et réduire les taux de blessures, l’entraîneur de force et de conditionnement physique devra travailler avec l’équipe médicale pour assurer une forme physique maximale, tout en diminuant la fatigue – le premier signe précurseur d’une blessure.

Après avoir intégré la thérapie par bain de glace du CET CryoSpa dans leurs protocoles de récupération, les Widnes Vikings – équipe anglaise de rugby évoluant en Super League – ont enregistré une hausse de 16 % de la disponibilité des joueurs, une baisse de 21 % du taux de blessure, ainsi qu’une réduction de 11 % du coût moyen de traitement de ces lésions.

Il est intéressant de souligner que tous les clients de CET, parmi lesquels on compte le Milan AC, le Bayern Munich, l’équipe olympique de Grande-Bretagne, l’association olympique allemande, Manchester United et les Brooklyn Nets, tous ont utilisé l’immersion en eau froide, d’une manière ou d’une autre. La plupart du temps en ayant recours à des bains froids, des bassins de plongée froide et des bains de glace, avant d’installer un CET CryoSpa. C’est seulement après avoir installé un CET CryoSpa qu’ils ont réalisé que toutes les immersions en eau froide ne se valaient pas. Les Toronto Blue Jays en sont le meilleur exemple, car ils utilisaient des bassins de plongée froide ou des bains en inox avant de se décider à acquérir un CET CryoSpa pour le Centre Rogers. Ils ont ensuite rapidement ajouté cinq autres CryoSpas sur leur site d’entraînement en Floride, après avoir constaté les bénéfices que les CET CryoSpas représentaient par rapport aux autres options.

 

Comment les bains de glace peuvent faciliter la récupération ?

Au cours d’un congrès sur les blessures du sport tenu au stade Wembley de Londres, le chercheur scientifique Gregory Dupont a présenté les résultats d’une étude qui examinait les taux de blessure des équipes de la Champions League européenne sur deux saisons. La statistique surprenante était que les taux de blessure étaient multipliés par plus de 6 en cas de participation à deux matches par semaine plutôt qu’un seul. De plus, il était établi, sans surprise, que le précurseur principal de la blessure était la fatigue. La deuxième partie de l’étude enquêtait sur les méthodes de récupération les plus efficaces pour combattre la fatigue et donc diminuer le risque de blessure. Les résultats ont démontré que les trois premiers éléments pour la récupération étaient liés au mode de vie des athlètes, à savoir le sommeil, le régime alimentaire et l’hydratation. L’intervention principale concernait l’immersion en eau froide.

(http://bit.ly/2E9Me9u)

 

Comment le système CryoSpa réussit à rafraîchir de manière aussi efficace ?

La conductivité thermique de l’eau est 26 fois supérieure à celle de l’air. Et la densité de l’eau est 800 fois plus importante que celle de l’air. Lorsque vous ajoutez un refroidissement par convection et non pas juste par conduction, associé à une compression par pression hydrostatique, vous obtenez un froid qui pénètre bien mieux, ce qui conduit à un effet thérapeutique nettement plus performant.

C’est la raison pour laquelle tant de centres sportifs ont remplacé leurs vieux bains de glace, bains à froid ou bassins de plongée froide par une technologie de bain de glace CryoSpa à eau salée, bien plus efficace au niveau thérapeutique.

Cliquer ici pour :

Demande d'information

Merci de compléter les informations suivantes :
* indique requis





    Profil professionnel *:

    Je suis intéressé par le produit suivant *:

    Message:

    Quels seraient les avantages d’un bain de glace CryoSpa pour vous et vos athlètes ?

    • Offrir une récupération plus rapide après l’entraînement, combattant la fatigue et réduisant le risque de blessure.

    • Augmenter la disponibilité du joueur, résorber plus rapidement les blessures et réduire les coûts de traitement.

    • Maximiser l’effet thérapeutique par l’association d’un refroidissement par conduction et convection, pression hydrostatique, effet massant et eau salée anti-inflammatoire.

    athlète féminine

    Questions fréquemment posées

    Question sans réponse?

    Pourquoi les footballeurs prennent-ils des bains de glace ?

    On signale souvent que les bains de glace réduisent l’acide lactique mais ce n’est pas le cas. L’acide lactique, ou lactate, se produit lorsque le corps se retrouve dans une situation de dette d’oxygène, c’est-à-dire qu’il fonctionne en anaérobie. Lorsque le niveau d’activité cesse ou diminue suffisamment, en termes simples, le corps peut acquérir un surplus d’oxygène, qui est utilisé pour reconvertir l’acide lactique à son état normal de pyruvate / acide pyruvique.

    Selon Gregory Dupont, qui a présenté lors du Sommet sur les blessures sportives parrainé par la FIFA qui s’est tenu à Wembley en 2013, le principal précurseur des blessures est la fatigue. Des recherches plus approfondies ont examiné les stratégies courantes pour faciliter la récupération, minimiser la fatigue et, par conséquent, réduire les risque de blessures.

    La conclusion était une bonne alimentation, un bon sommeil, une hydratation [tous les facteurs de style de vie] ainsi qu’une immersion dans l’eau froide étaient les principales méthodes scientifiquement prouvées pour aider à la récupération et minimiser la fatigue.

    Le revers de la médaille c’est la performance et nous constatons ici que la fatigue inhibe la performance. Donc, si nous pouvons gérer la fatigue en améliorant la forme physique et en aidant à la récupération, le résultat est une performance améliorée et un risque de blessure réduit.

    Combien de temps faut-il rester dans un bain froid ?

    L’effet thérapeutique est un facteur de température et de temps. Plus il fait froid et plus le froid est pénétrant, moins il faut de temps pour refroidir les tissus à un niveau thérapeutique.

    Les bains froids traditionnels consistaient à ajouter de la glace à l’eau et selon la quantité de glace par rapport à la quantité d’eau, ces bains froids pouvaient atteindre 10 ou 12 ° C [50 – 55F]. Dans ces circonstances, la posologie recommandée variait de 10 à 15 voire 20 minutes.

    Avec des bains de glace modernes à commande numérique, ou CryoSpas, qui refroidissent par conduction et convection [c.-à-d. les jets créent un effet de « refroidissement éolien »], le temps de traitement moyen est généralement de 3 à 6 minutes.

    Dois-je utiliser un bain de glace après chaque séance d'entraînement ?

    Le débat sur l’utilisation des bains de glace, ou l’immersion en eau froide, fait rage avec de nombreux experts affirmant que c’est bon et d’autres affirmant que ce n’est pas le cas.

    La réponse dépend du stade d’entraînement de l’athlète et de l’objectif principal de ce bloc d’entraînement.

    Si vous êtes dans la phase pré-compétition de l’entraînement et que l’objectif principal est de développer la puissance, il y a des recherches indiquant que les bains de glace (et d’autres micro-stratégies pour minimiser les réponses d’entraînement, telles que la supplémentation en antioxydants) pendant cette phase peuvent limiter l’effet d’adaptation, c’est-à-dire que vos muscles s’adapteront plus rapidement à l’augmentation de la charge de travail si le corps est autorisé à lutter contre l’inflammation et les micro-déchirures naturellement sans l’intervention d’une immersion dans l’eau froide.

    Cependant, si vous réduisez la charge de travail vers un événement compétitif à venir ou si vous êtes dans la partie compétitive de la saison, l’objectif principal passe à la récupération et à la réduction de la fatigue plutôt que du renforcement de la puissance et dans ces circonstances, la recherche indique que l’utilisation de bains de glace sera être bénéfique.

    Le mot clé ici est la fatigue. La fatigue est le principal précurseur des blessures et est également un inhibiteur de performance majeur. Par conséquent, l’objectif de l’entraîneur de conditionnement physique est de maximiser la forme physique et de minimiser la fatigue afin de maximiser les performances et de réduire le risque de blessure.

    Et les principales stratégies de lutte contre la fatigue: bon sommeil, bonne alimentation, hydratation et immersion dans l’eau froide [par Gregory Dupont, FIFA Sports Injury Summit, Wembley Stadium, avril 2013].

    L’argument est encore plus compliqué dans les sports d’équipe où les compétences, les tactiques et les mouvements pré-planifiés doivent être encadrés sur le terrain d’entraînement. Dans ces sports, l’entraîneur voudra que les joueurs soient mentalement alertes et physiquement préparés à tirer pleinement parti de la séance d’entraînement, ne chancelant que partiellement récupéré de l’entraînement de la veille. Dans ce cas, il peut y avoir un conflit d’intérêts lorsque l’entraîneur de conditionnement physique essaie de maximiser l’adaptation tandis que l’entraîneur de l’équipe souhaite que les joueurs se rétablissent suffisamment pour profiter pleinement de la séance d’entraînement.Par conséquent, le CWI peut être utilisé stratégiquement pour s’adapter à la formation en cours plans de session de formation plutôt qu’éliminés pour répondre aux deux objectifs.

    Les bains de glace sont-ils donc bons ou mauvais ?

    La réponse dépend de la partie de la saison et de l’objectif principal du régime d’entraînement actuel. Dans la phase compétitive de la saison, l’utilisation de bains de glace aidera à minimiser la fatigue et facilitera la récupération, améliorant ainsi les performances et réduisant le risque de blessure. Au cours de la pré-saison ou de la phase de renforcement de la puissance de la formation, l’utilisation de bains de glace peut nuire à la réponse adaptative.

    Ainsi, comme avec la plupart des outils de la boîte à outils de préparation des athlètes, c’est la façon dont l’entraîneur utilise le CWI au mieux, plutôt que s’il est approprié de l’utiliser ou non !